Nouveaux dialysats péritonéaux, pour quels bénéfices ?

  • François Vrtovsnik Service de Néphrologie, Hôpital Bichat, AP-HP, Université Paris Diderot, Paris
Mots-clés: dialyse péritonéale, solution, sodium, bas sodium, icodextrine, biocompatibilité

Résumé

Une solution de dialyse idéale réalise des échanges permettant l’équilibre du bilan hydro-électrolytique et l’épuration des déchets du métabolisme au moindre risque d’effets secondaires pour l’individu et la membrane péritonéale. La reconnaissance du rôle toxique des produits de dégradation du glucose (GDP) générés par les processus de fabrication a conduit à l’avènement des solutions dites biocompatibles à faible contenu en GDP et dont le tampon n’est plus exclusivement le lactate mais un système lactate/bicarbonate ; le bénéfice expérimental bien établi de ces solutions a une traduction plus nuancée dans les cohortes cliniques. On retient qu’elles permettent une meilleure préservation de la fonction rénale et de la diurèse. Le glucose reste l’agent osmotique principal ; le rôle délétère des solutions hypertoniques de glucose est reconnu et le recours à ces solutions doit être le plus limité. Les concentrations de sodium, calcium et magnésium dans le dialysat, proches des valeurs plasmatiques, rendent compte d’un transport diffusif limité et d’une extraction dépendante du volume d’ultrafiltration. Le recours à des solutions dont la concentration de calcium est supérieure à 1,25 mmol/l génère une charge calcique qui concourt au risque élevé d’ostéopathie adynamique et doit être évité. Le bénéfice expérimental de l’augmentation de l’extraction sodée par les solutions à faible concentration de sodium doit être confirmé.

English abstract

The ideal peritoneal dialysis solution should allow efficient withdrawal of waste products of the metabolism and water and solutes equilibrium with minimal side effects for the patient and the peritoneal membrane. Glucose degradation products (GDP) resulting from the manufacturing process play a major toxic role and new biocompatible PD solutions with low GDP content and a more physiological bicarbonate or bicarbonate/lactate buffer have brought a clear benefit in experimental studies; however, in clinical cohorts and meta-analysis, the benefits of these solutions appear limited to better preservation of residual renal function and of diuresis. Glucose is the principal osmotic agent although hypertonic glucose solutions have a deleterious effect on PD, and their use should be restrained. Dialysate concentrations of sodium, calcium and magnesium are close to plasma; their diffusive transport is thus limited and their net peritoneal transport mainly depends on the ultrafiltration volume. A dialysate calcium concentration above 1.25 mmol/l generates a calcium load which may contribute to the high prevalence of adynamic bone disease in PD patients; this should be avoided. Low sodium dialysis solutions experimentally improve sodium diffusive transport and extraction in PD patients; the clinical benefit of this approach has to be confirmed.

Licence Creative Commons
Cette revue est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Publié le
2018-12-30