Domicile : où sont les freins ? enquête auprès des néphrologues Français

  • Magalie Geneviève Service de Néphrologie-Dialyse, Clinique Francheville, Périgueux https://orcid.org/0000-0003-3941-8124
  • Stanislas Bataille Service de Néphrologie-Dialyse, Institut Phocéen de Néphrologie, Marseille https://orcid.org/0000-0001-8344-1300
  • Julie Beaume 3Service de Néphrologie-Dialyse, association AVODD, Toulon
  • Aldjia Hocine Service de Néphrologie-Dialyse, Clinique du Landy, Saint Ouen
  • Louis De Laforcade Service d’Endocrinologie-Néphrologie, Centre Hospitalier de Bourgoin-Jallieu https://orcid.org/0000-0002-5958-8924
  • Anne-Sophie Garnier Service de Néphrologie-Dialyse-Transplantation, CHU Angers, Angers https://orcid.org/0000-0002-3236-3899
  • Come Bureau Service de Réanimation Médicale, CHU La Pitié Salpétrière, Paris
  • Flora Brunner Service de Néphrologie, CHU Reims, Reims
  • Antoine Braconnier Service de Néphrologie, CHU Reims, Reims
  • Guilllaume Seret Service de Néphrologie-Dialyse, Association ECHO, Le Mans https://orcid.org/0000-0002-9962-7537
Mots-clés: dialyse à domicile, freins, dialyse péritonéale

Résumé

La dialyse à domicile, représentée par l’hémodialyse et la dialyse péritonéale, peut apporter de nombreux bénéfices aux patients atteints d’insuffisance rénale chronique terminale, particulièrement en termes de confort, de qualité de vie et d’autonomie. Cependant son utilisation reste marginale en France, avec une répartition inhomogène sur le territoire. Nous avons réalisé une enquête nationale française auprès des néphrologues pour évaluer les freins au développement de la dialyse à domicile. Après analyse des réponses des 230 néphrologues ayant participé, les principaux obstacles au développement des deux techniques ont été identifiés et classés selon leur taux de déclaration. Les freins majeurs qui ressortent de l’enquête sont : le manque de médiatisation auprès du grand public, un défaut de reconnaissance des infirmières spécialisées dans ces techniques, le nombre limité de structures pratiquant la dialyse à domicile, et les difficultés relatives à l’information pré-dialyse. Les freins spécifiques à la dialyse péritonéale déclarés sont : les difficultés de prise en charge en Soins de suite et de réadaptation (SSR), la crainte d’une épuration insuffisante et les difficultés liées à l’abord de dialyse. Concernant l’hémodialyse à domicile (HDD), les freins portent sur la peur de l’autoponction et la nécessité d’une tierce personne. Cette étude permet d’identifier les représentations des néphrologues sur les freins majeurs au développement de la dialyse à domicile pour développer des pistes de réflexion pour sa promotion, tant sur le plan de la formation, de la reconnaissance institutionnelle, que de la nécessaire évolution règlementaire.

Publiée
2019-06-15